Retour au blog

Je me sens tout le temps fatigué, faible : les causes

Vous vous sentez tout le temps fatigués, parfois sans raison ? Que cache une grosse fatigue ? Cet épuisement et sensation de faiblesse généralisée peut trouver son origine dans des dizaines de causes des plus évidentes et bégnines aux plus alarmantes. La fatigue qui devient chronique et le manque d’énergie permanent doivent vous alerter.

Vous vous sentez tout le temps faible, fatigués pour rien ? 10 à 25% des Français se rendent dans le cabinet dans leur médecin généraliste pour traiter leur fatigue. Cette sensation de faiblesse se manifeste davantage ne hiver et en automne. De plus, depuis l’explosion de la pandémie de Covid, la fatigue est un symptôme qui perdure suite à l’infection. En effet de nombreuses personnes touchées par un Covid long se sentent à plat, sans énergie, faibles. Cette fatigue devient même handicapante dans leur quotidien et peut porter préjudice à leur carrière professionnelle.

Complément alimentaire contre la fatigue chronique

Et si vous vous laissiez tenter par les compléments alimentaires anti-fatigue ? Oubliez les vitamines, les cures classiques si vous manquez d’énergie, de vitalité et que vous vous sentez faibles. Cap sur le complément Energie ultra si vous vous sentez tout le temps fatigués. Avec son extrait de Chêne Naturel qui a fait l’objet de plusieurs études il constitue un traitement de fond pour vous revitaliser et vous aider à retrouver pleinement la forme. Il est également préconisé après une grippe, un rhume, une opération pour retrouver vos forces et votre dynamisme.

Différence: fatigue ou asthénie ?

La fatigue est une sensation de faiblesse globale qui peut être imputée à un déficit de sommeil ou qui être consécutive à un effort physique ou une activité mentale soutenue. Toutefois, quand cette fatigue subsiste en dépit du repos, on peut alors employer le terme d’asthénie. Il s’agit alors d’un état pathologique se manifeste par un manque de vigueur sur le plan physique et moral.

Symptômes de l’asthénie

Les personnes qui se sentent faibles, tout le temps fatigués asthéniques rapportent souvent une impression de “lassitude”, “de prostration”, “un affaiblissement profond”, ou se désignent comme étant “lessivées”, “apathiques” pour mettre des mots sur leur perte d’énergie et de tonus. Certaines individus peuvent même être en proie à de l’hyper-fatigabilité qui fait référence à une fatigue qui s’instaure en un battement d’aile lors de la réalisation l’exécution d’une tâche banale qui ne requiert pas de déployer d’énergie particulière. Il est prudent de faire appel à un médecin en cas d’apparition incongrue ou d’installation d’une fatigue/asthénie. Surtout si ces 2 états ne sont pas corrélés à un facteur d’une logique implacable (comme des troubles du sommeil ou une maladie déjà diagnostiquée.) Si la fatigue entraine une ribambelle d’autres symptômes comme une perte d’appétit, de poids, ou de la fièvre), il faut rapidement consulter. 

Je me sens faible, tout le temps fatigué : les causes

  • Faiblesse, grosse fatigue : le manque de sommeil ou un sommeil dont la qualité est discutable peuvent conduire à des pathologies comme l’apnée du sommeil, mais aussi des perturbations sur le plan hormonal comme des troubles de la thyroïde.
  • Cette grosse fatigue peut être déclenchée par la grossesse, la dépression, l’épuisement professionnel, une consommation répétée de toxiques (drogues, alcool…), ou bien des troubles hydroélectrolytiques.
  • L’asthénie peut se manifester après avoir contracté un virus, une affection virale, après une maladie ou une opération chirurgicale ayant éprouvé le corps. Cette grosse fatigue est fréquente en période de convalescence. 
  • Cette faiblesse peut être annonciatrice d’un problème sous-jacent. Il peut s’agir d’une carence comme l’anémie (notamment chez les femmes menstruées), une conséquence du stress, de l’anxiété qui épuisent l’organisme.
  • L’asthénie peut être aussi révélatrice de pathologies plus sérieuses comme le diabète.

Les symptômes de la grande fatigue, asthénie :

  • découragement.
  • impression d’être faible.
  • perte de force.
  • ralentissement intellectuel.
  • épuisement.
  • manque de ressort.

Si ces symptômes se prolongent durant plus de six mois, on parle d’asthénie chronique.

Fatigue chronique : sommeil trop conséquent le week-end

Vous êtes nombreux à compenser votre manque de sommeil en semaine par des grasses matinées et des nuits particulièrement longues. Toutefois ces 2 jours ne suffisent par à résorber votre dette de sommeil pour reprendre des forces et embrayer sur une nouvelle semaine de travail. Cette pratique risque de créer un véritable «décalage horaire», et de chambouler votre rythme circadien avec à la clé des troubles du sommeil comme des difficultés d’endormissement le dimanche soir et du mal à vous réveiller le lundi matin.

L’organisme va essayer non sans peine de recouvrer la dette de sommeil par ”rebonds”, qui ont lieu normalement lors des phases de sommeil REM (ou paradoxal). Pour bien dormir et éviter la fatigue il est préférable de choisir une routine de sommeil et de s’y tenir pour reprogrammer son horloge interne et faire en sorte d’habituer son corps à des heures de coucher et de lever pour amortir l’affaiblissement général.

Tout le temps fatigue : possible anémie ?

Si vous vous rapprochez d’un professionnel de santé pour raison de fatigue, de faiblesse, il va se pencher sur l’éventualité d’une carence en fer. Une simple prise de sang suffira à ôter les doutes concernant une anémie. Si vous vous sentez tout le temps fatigués, que vous manquez d’endurance, que vous vous essoufflez rapidement, vous avez le teint pale : vous pourriez en être victime. Dans ce cas de figue, votre sang n’est plus en mesure de distribuer assez d’oxygène à votre corps. En plus de l’état de grosse fatigue, les anémiques ont souvent froid, se sentent étourdis ou à fleur de peau.

Pour en avoir le cœur net, réalisez un bilan sanguin. Essayez d’adapter votre alimentation à vos nouveaux besoins. Les anémies dites centrales sont le fait d’une faible sécrétion des hématies et de l’hémoglobine par la moelle osseuse. Certaines pathologies peuvent peuvent également expliquer ce déficit en fer c’est le cas des maladies inflammatoires chroniques ou rénales. Pour ce qui est des anémies périphériques, la moelle osseuse produit assez de globules rouges et le manque est causé par une perte de sang ou une élimination des hématies.

Fatigue permanente, faiblesse : un manque de magnésium

La carence en fer n’est pas la seule à être épinglée. En effet, toutes les autres carences peuvent comme celles en magnésium par exemple peuvent expliquer une grande fatigue et une faiblesse généralisée. Un déficit en magnésium peut alors avoir une conséquence sur l’humeur et l’irritabilité ou encore la fatigue par son action au niveau de la libération de sérotonine (neuromédiateur de la bonne humeur). Le déficit en magnésium exacerbe la nervosité et la perception du stress. Vous êtes alors plongés dans un état d’agitation. Votre corps est mise à rude épreuve, en état d’alerte : la fatigue vous guette. En inhibant l’activité du calcium, le magnésium calme l’activité nerveuse.

Les réactions biochimiques cellulaires de votre corps ont besoin de magnésium pour faire face aux différents types de stress quotidiens. Pour lutter contre votre fatigue persistante, adoptez le complément alimentaire innovant de Lavilab : Magnésium Ultra. Contrairement aux compléments classiques : il se démarque par sa forme (poudre), son usage (à diluer dans une boisson ou un yaourt). Sa grande différence réside dans son caractère innovant. En effet, il contient un sel de magnésium qui affiche une teneur très élevée, qui est rapidement absorbé dans l’organisme sans effets secondaires (troubles de la digestion)

Tout le temps fatigué ? Fatigue chronique et trouble de la glande thyroïde

Si votre glande thyroïde dysfonctionne ou qu’elle ne s’active qu’au ralenti (hypothyroïdie), votre fatigue pourrait s’accompagner d’autres symptômes comme un peau desséchée, qui tiraille et des risques de constipation. L’hypothyroïdie survient quand votre glande thyroïde ne produit pas assez d’hormones. Elle est un syndrome de ralentissement du fonctionnement ou métabolisme du corps induisant une baisse d’énergie. Si votre fatigue chronique s’explique par ce trouble, votre médecin vous délivrera de l’hormone thyroïdienne de synthèse.

Les hormones thyroïdiennes ont une influence sur le métabolisme de la plupart des organes du corps. Elles agissent sur le contrôle de la température et régulent l’utilisation des lipides, des protides et des glucides. Une étude (1) qui date de 2018, a ainsi révélé que les individus atteints de fatigue chronique présentaient des niveaux sanguins plus bas en T3 et en T4, sans changement de la TSH : la taux relativement bas de ces indicateurs témoignaient donc d’une hypothyroïdie.

Fatigue chronique, asthénie : prédiabète ou diabète de type 2

La majeur partie des personnes ayant une glycémie haute en raison du diabète de type 2 présentent une résistance à l’insuline. L’insuline est le moteur qui permet l’absorption du sucre pour le transformer en combustible. Quand l’insuline ne remplit plus sa fonction, l’absorption du sucre est mauvaise et peut induire une certaine fatigue» L’hyperglycémie entraine l’inflammation des vaisseaux sanguins, générant alors une inflammation chronique pouvant être une des causes de la fatigue. Un taux élevé de sucre dans le sang peut affecter la circulation sanguine. Les globules sont alors privés d’oxygène et des nutriments essentiels ce qui entraîne de la fatigue. Le sucre ne peut plus assurer son rôle de carburant. La fatigue peut alors être intense. L’hyperglycémie chronique pousse le corps à vivre sur ses réserves. Il est alors dans l’incapacité d’utiliser le glucose du sang comme source d’énergie, il brûle alors ses graisses et sa gestion de l’énergie est à l’économie. Cet usage excessif de ses réserves peut conduire à une grosse fatigue.

Fatigue chronique et dépression

Vous vous sentez fatigués en permanence et faibles ? Au petit matin, vous extirper de votre lit est un véritable supplice ? Votre fatigue pourrait être causée par votre santé mentale, plus particulièrement un état dépressif. Selon une étude(2) la fatigue éprouvée dans les moments où votre moral n’est pas au beau fixe pourrait être causée par des déformations des cellules sanguines. En effet, les chercheurs ont découverts que ces déformations lors de la dépression affecteraient la réponse immunitaire de l’organisme. L’organisme est alors affaibli en tentant de se protéger pour compenser cette baisse des défenses immunitaire. 90% des patients souffrant d’une dépression ressentiraient une fatigue chronique. Lors d’un épisode dépressif certains neurotransmetteurs qui circulent dans le cerveau subissent des variations importantes impactant la vitalité, le niveau d’énergie. En effet la sérotonine : qui ’équilibre le sommeil chute, la dopamine : agit sur l’humeur et la motivation baisse également.

Ces 2 neurotransmetteurs influent sur la qualité du sommeil et donc le niveau de vitalité. Un déficit en dopamine peut conduire des réveils chaotiques la matin et à une sensation de fatigue constante. Autre phénomène en cas de troubles de l’humeur : l’inflammation du cerveau. Elle est plus élevée de 30 % chez les patients en dépression. Les personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique présentent des réponses affaiblies dans la région cérébrale des ganglions de la base conséquence de l’inflammation. Des recherches sont d’ailleurs en cours sur l’emploi des solutions anti-inflammatoires pour atténuer la fatigue et la perte de motivation chez les dépressifs.

Fatigue chronique et syndrome de l’intestin perméable (ou intolérance alimentaire)

L’intestin est une source dans laquelle votre organisme va puiser les ressources dont il a besoin sans rien libérer. «Si votre alimentation est essentiellement composée de produits industriels et transformés, les cellules de votre intestin pourraient se distendre comme un filet et perdre en étanchéité laissant alors d’échapper des protéines, des déchets qui ne devraient pas se retrouver dans la circulation sanguine. Ce phénomène peut alors provoquer une réaction inflammatoire, une réponse auto-immune. Résultats : ballonnements, irritabilité, maux de tête ou prise de poids.

Si vous êtes touchés par des intolérances alimentaires : vous pourriez également souffrir d’une grande fatigue, d’une confusion, d’une sensation de faiblesse générale. Certains aliments que vous ne tolérez pas bien peuvent en effet vous rendre somnolents. Notre mode de vie moderne qui associe alimentation de basse qualité combinée au stress chronique fragiliseraient notre intestin. La mauvais tolérance alimentaire peut nous mettre KO. Notre énergie converge alors en grande partie vers l’estomac et l’intestin pour se consacrer au travail de digestion et d’assimilation. Nos ressources sont alors sursollicitées et on risque de se sentir faibles et fatigués.

Fatigue chronique et fatigue surrénale, stress

Une insuffisance surrénalienne ou un dérèglement endocrinien ou hormonal se manifeste par une baisse de la sécrétion d’hormones par les glandes surrénales. Ces déséquilibres sur le plan hormonal peuvent s’expliquer par un trop plein de stress, un épisode angoissant, la pression, des problèmes familiaux, sentimentaux, la charge mentale et d’autres contrariétés. Ces situations à risque peuvent faire monter en flèche les niveaux d’hormones en réponse au stress et engendrer une impression de vide et d’épuisement des ressources : d’où l’impression de se sentir tout le temps fatigué et faible.

Les glandes surrénales synthétisent et libèrent des hormones dans le sang (adrénaline et le cortisol) qui permettent de faire face au stress. Sauf que quand le stress prend un caractère chronique, ces glandes endocrines ne sont plus fonctionnelles at arrivent à saturation provoquant alors une fatigue surrénalienne. Ces glandes régulent également le taux de sucre dans le sang, chapeautant l’approvisionnement en minéraux du corps afin de maintenir de bons niveaux d’énergie. Si elles sont trop sollicitées en cas de surmenage, ou d’angoisses répétées votre corps va manquer d’énergie et s’affaiblir. Pour faire face, vous pouvez miser sur des compléments alimentaires anti-stress.

Tout le temps fatigué : apnée obstructive du sommeil (AOS)

L’apnée du sommeil renforce l’affaissement des voies respiratoires gênant de ce fait le flux d’air et causant des ronflements. Face à cette privation d’oxygène par intermittence, le cerveau gère la situation. En effet face une expiration inachevée de gaz carbonique, le cerveau bascule en état d’alerte, ce qui coupe brièvement le sommeil». Vous ne risquez donc pas de vous étouffer, d’être à bout de souffle mais votre sommeil trinquera avec ces micro coupures. Cette interruptions peuvent se produire plus de 100 fois au cours de la nuit. La fatigue au réveil est alors inexorable. L’apnée du sommeil est la principale cause des somnolences diurnes excessives en raison des multiples fractionnements du sommeil qui lui font perdre son pouvoir réparateur. La mauvaise oxygénation du cerveau empêche le dormeur d’atteindre le sommeil lent profond récupérateur : la fatigue est inexorable.

Faible et sans énergie : l’hypersomnie

L’hypersomnie, un trouble neurologique chronique peut vous donner l’impression d’être tout le temps fatigué peu importe la durée de votre sommeil. Elle se définit par une somnolence qui persiste même après 8h de sommeil. Certains individus pensent à tort être frappés par cette pathologie en raison de leur envie de dormir permanente. Toutefois, le diagnostic doit être posé suite à une batterie d’examens par une professionnel de santé. Elle se déclare souvent avant la trentaine. L’hypersomnie qui provoque une grande fatigue reste relativement rare. Elle toucherait environ 1 personne sur 100 000 et serait 5 à 10 fois moins fréquente que la narcolepsie. La solution la plus prescrite pour combattre cette fatigue permanente reposerait sur des stimulants de la vigilance.

Fatigue chronique et hémochromatose

L’hémochromatose est une maladie génétique se traduisant par une absorption trop élevée de fer au niveau de l’intestin. Cet excès provoque alors une accumulation dans l’organisme, la fatigue chronique n’est pas étrangère à cette surcharge. Le fer va alors se déposer sur les différents organes comme le foie. Les symptômes se déclarent souvent après 50 ans et sont détectables par des examens sanguins. Le traitement de l’hémochromatose réside le plus souvent dans la réalisation de saignées, ces pertes de sang abondantes peuvent encore accentuer la fatigue et la faiblesse.

La fatigue en réaction à une maladie infectieuse (Post Covid) ou à un acte opératoire

Une fatigue chronique peut survenir après avoir contracté des infections virales. Si en règle générale la fatigue s’estompe à la fin de la convalescence, la fatigue peut se prolonger pendant des semaines, voir des mois. Les agents infectieux proliférant au cœur des cellules troublant leur fonctionnement. Certaines bactéries libèrent des endotoxines entrainant la fatigue musculaire et générale. Le syndrome de fatigue chronique suite au Covid est documenté. Selon l’étude de Carfi et al (3) 53% des patients se sentent toujours épuisés alors qu’ils sont considérés comme rétablis de la COVID-19. Les infections, les inflammations rendraient la barrière hémato-encéphalique plus poreuse face aux cytokines (protéines coordonnant la réponse immunitaire). La libération de cytokines lors d’une grippe, d’un rhume épuise le système immunitaire, le corps n’est plus capable de résister en cas de stress, et devient vulnérable : la fatigue est donc inévitable.

(1) Chronic fatigue syndrome possibly explained by lower levels of key thyroid hormones   Discovery of a crucial link between chronic fatigue syndrome and lower levels of key thyroid hormones raises hopes for treating this common yet debilitating disease.

(2) Depressive disorders are associated with increased peripheral blood cell deformability: a cross-sectional case-control study (Mood-Morph)Andreas Walther,  Anne Mackens-Kiani.

(3) Persistent Symptoms in Patients After Acute COVID-19. Angelo Carfì, MD1; Roberto Bernabei, MD1; Francesco Landi, MD, PhD1; e

Derniers articles

string(77) "Nos 5 conseils pour lutter contre les troubles de l’humeur" string(51) "Ventre gonflé, ballonnements : causes et solutions" string(43) "Solutions pour couper les envies de sucre ?"
";