Retour au blog

Stress et boutons

Le stress peut faire bourgeonner de vilains boutons, faire apparaitre imperfections et comédons et provoquer des échauffements cutanés. La peau est le reflet de notre état psychique, de nos émotions. L’anxiété, les angoisses peuvent “marquer” la barrière cutanée et laisser des traces. 

Il existe un lien puissant entre la peau et le cerveau. En effet, ces 2 organes partagent la même origine embryonnaire, l’ectoderme, ils adoptent la même réaction face messages chimiques qui communiquent entre la peau et le système nerveux central (neuromédiateurs). La peau témoigne de l’expression de nos émotions, les expressions que nous utilisons dans le langage usuel illustrent ce propos : rouge de colère, blanc de peur, nerfs à fleur de peau.  Le stress peut être le facteur déclencheur d’une poussée soudaine de boutons, de l’aggravation de l’acné, de l’apparition d’aspérités sur la peau du visage ou sur celle du dos.

Par quel mécanisme le stress déclenche-t-il l’acné ?

Chaque follicule pilo-sébacé se compose d’un poil auquel est rattaché une glande sébacée. Cette glande produit du sébum, une fine pellicule lipidique qui fait office de barrière de protection et qui lubrifie la peau. En cas d’épisode stressant, le sébum intensifie son activité, il s’accumule. Il finit par boucher les pores de la peau. Quand  nous sommes stressés, notre organisme produit :

  • L’hormone du stress (cortisol).
  • Des neuropeptides (substance P, endorphines, insuline).
  • Des cytokines inflammatoires (de petites protéines qui déclenchent l’inflammation).

Ces substances troublent le fonctionnement des glandes sébacées qui fonctionnent en surrégime. Cette hyper sollicitation peut donc aggraver une acné existante ou bien faire apparaitre des boutons sur une peau qui était nette. Face à un épisode anxiogène, angoissant, les glandes sont alors déréglées. En effet, elles sécrètent un sébum surabondant, qui favorise alors la prolifération des bactéries propices à l’apparition des boutons. Quand nos défenses immunitaires sont fragilisées (c’est le cas lorsque nous stressons), ces bactéries se démultiplient  et on constate des poussées inhabituelles de boutons.

Les boutons, l’acné aggravent le stress 

En cas de stress, on a la fâcheuse manie de triturer nos boutons, ce qui aggrave l’inflammation et la taille de nos boutons. La dermatillomanie, communément appelée l’acné excoriée est un trouble anxieux classé dans la famille des Comportements Répétitifs Centrés sur le Corps. Ce trouble se déclare sur des terrains de “vulnérabilité psychique” (angoisses, troubles de l’humeur, etc). En effet, le stress peut  inciter à toucher de façon intempestive, à gratter ses boutons de manière compulsive. Cela entraine la diffusion des bactéries aux zones saines et les contamine en créant des infections, des propagations.

L’acné, l’apparition de boutons sont également sources d’angoisses, de repli sur soi, de mal être. En effet, les problèmes cutanés peuvent conduire à une éviction sociale, à une forte anxiété . Certaines personnes sont tellement complexées par leur imperfections, qu’elles développent des phobies sociales. Ces éruptions de boutons deviennent alors un sujet qui cristallisent les angoisses.

Le cas particulier de l’acné excoriée

Des travaux de recherche axés autour de questionnaires suggèrent que les patients souffrant d’acné, de problèmes de peau (boutons) lient leur affection au stress et que 50 à 80% d’entre eux approuvent les affirmations laissant penser qu’il amplifie l’acné.1 Une étude démontre que les personnes qui souffrent de problèmes cutanés (acné, poussées de boutons) ont fait état d’un décalage de 2 jours entre un évènement stressant et un épisode d’aggravation de leur acné.1

La recherche a mis en lumière un phénomène particulier : quand les imperfections apparaissent, le stress peut alors freiner de 40% leur guérison3. Les imperfections, les boutons disparaîtront, se résorberont plus lentement, la cicatrisation peut donc être plus longue. Une recherche conduite par la Clinique de Dermatologie de l’Université de Stanford a ainsi découvert une relation pathogénique (lien de cause à effet) entre le stress chronique et l’aggravation de l’acné.4 Lorsque les niveaux de stress des étudiants s’étant prêtés à l’étude ont subi une hausse (en période d’examens, de forte pression), on a alors constaté une intensification de la douleur et un allongement conséquent du processus de régénération cutanée.

À quoi ressemblent les boutons d’acné liée au stress ?

Les boutons d’acné peuvent revêtir différents aspects : microkystes ou comédons fermés (boutons purulents), des comédons ouverts (les fameux points noirs), des papules (boutons écarlates gonflées), des pustules, des nodules (boutons enflammés enflés). L’acné, les boutons provoqués par le stress sont de petites tailles et surviennent par poussées. Dans la plupart des cas, on observe une augmentation anormale du nombre de points noirs et de points blancs. On emploie souvent le terme de ‘poussées d’acné’, mais il est préférable de parler d’une aggravation d’une acné pas tout à fait éteinte. De plus, des lésions peuvent se manifester par anticipation lors d’un épisode anxiogène.

Nos solutions pour favoriser la disparition des boutons de stress : 

Premier conseil : ne pas les triturer : cela accélère la propagation des bactéries et empire l’inflammation. Des petites boutons peuvent enfler davantage. En cas d’acné de stress, une zone fréquemment touchée se situe au niveau du dos et des omoplates. Un gommage peut alors être un bon moyen de purifier, d’assainir votre peau et d’éliminer le surplus de sébum.

Optez pour une bonne hygiène de vie :

Adoptez une alimentation équilibrée

Réduisez votre consommation d’aliments sucrés et en gras. Privilégiez donc les fruits et les légumes riches en fibres, et les aliments anti-stress comme le chocolat riche en magnésium et les amandes riches en zinc. Evitez aussi l’alcool, le café, le tabac. Misez sur les poissons gras, les huiles d’olive pour leurs Oméga-3, les œufs pour leurs vitamines, l’avocat pour son potassium.

Dormez en quantité suffisante

Le manque de sommeil peut se répercuter sur l’état de votre peau. En effet, une nuit courte peut se traduire par des yeux boursouflés, des cernes, un teint blafard. En dormant peu, l’horloge biologique se dérègle, nous sommes alors sujets à de multiples complications comme l’apparition de boutons.

Faites du sport

L’activité physique est une excellente soupape… à condition de ne pas tomber dans l’excès. Les personnes pratiquant régulièrement un sport boostent leur circulation sanguine. Les petits capillaires (vaisseaux sanguins de la peau) sont davantage irrigués, le système immunitaire est alors renforcé. Les inflammations nombreuses chez les peaux acnéiques, guérissent plus rapidement et sont moins fréquentes.

Hydratez-vous

Ne négligez pas l’hydratation pour éliminer les toxines. L’eau naturellement présente dans notre organisme est éliminée tout par les mécanismes de la transpiration. Pour maintenir l’hydratation de sa peau, il est donc recommandé de boire au moins un 1L30 d’eau par jour pour vous débarrasser des toxines qui alimentent vos boutons de stress.

Combattez le stress pour préserver votre peau de ses méfaits

Suivez une thérapie pour lutter contre le stress

Une thérapie peut être envisagée pour venir à bout du stress qui peut causer des désagréments cutanés (rougeurs, boutons). L’exploration du terrain émotionnel peut être la clé de la solution. En effet, un patient peut refouler des problèmes psychologiques dont l’acné est le révélateur. Une thérapie cognitivo- comportementale peut alors être suivie. Cette thérapie pour soulager l’anxiété et venir à bout de ses conséquences comme les poussés de boutons offre un éventail de multiples approches thérapeutiques. Ces approches englobent la confrontation, la mise à l’écart des pensées obsessionnelles par des méthodes de relaxation ou de pleine conscience, l’affirmation de soi, etc. Une technique proposée peut être la pratique de la méditation de pleine conscience qui consiste à vivre ses émotions sans les rejeter. Des techniques respiratoires sont aussi courantes pour apporter calme et sérénité quand l’adrénaline est à son paroxysme.

Des compléments alimentaires contre le stress

Si vous optiez pour des solutions naturelles, sans accoutumance pour évacuer le stress ? Lavilab a mis au point une gamme de compléments anti-stress pour vous aider dans votre prise en charge. Ces compléments alimentaires peuvent vous aider à vous détendre, vous relaxer afin de limiter les conséquences de ce stress néfaste. Découvrez le complément Epuisement, un complément qui s’attaque au stress tenace et durable. Il réduit les symptômes engendrés par ce dernier : l’épuisement, la dépression, les troubles du sommeil. Autre complément relaxant : le complément No Stress Flash, ce complément alimentaire convient parfaitement aux personnes sujettes à un stress ponctuel (pics, sensations furtives et passagères). Découvrez aussi notre pack de compléments : la vie sans coup de stress.

stress complément

anti stress compléments

 

Impact of psychological stress on acne. Jović et al. Acta Derm Venerol 2017, 25: 133-141
2 http://www.gostress.com/stress-facts/
3 Marucha PT, Kiecolt- Glaser JK, Favagehi M. Mucosal wound healing is impaired by examination. Psychosom. Med. 1998;60:362-4.http://jamanetwork.com/journals/jamadermatology/fullarticle/479409)

Derniers articles

";
Send this to a friend