Retour au blog

Lien entre stress et perte de cheveux, quelles solutions ?

Lors d’un épisode stressant, 70 % du cuir chevelu peut être clairsemé, environ 2 mois après le choc. 30 % des cheveux peuvent cesser de pousser en plongeant en phase de repos avant de tomber. Cette chute brutale consécutive au stress répond au nom  d’effluve télogène. Selon la Harvard Medical School, jusqu’à 300 cheveux par jour peuvent tomber au lieu de 100 en cas de stress. (1)

En général, 90 % des cheveux sont en phase anagène, tandis que 5 % sont en phase télogène (de repos). L’effluvium télogène bouleverse les follicules provoquant l’arrêt de la croissance et l’entrée des cheveux en phase télogène (phase de repos). Une personne souffrant de cette forme de perte de cheveux verra plus de 30% de ses follicules basculer en phase de repos, s’en suivra une chute et un affinement de la fibre capillaire. En règle générale, la chute des cheveux intervient 3 à 6 mois après l’événement stressant.

Le stress reste la cause numéro 1 de cette chute soudaine, toutefois, il existe d’autres facteurs :

  • Traumatisme physique.
  • Amaigrissement.
  • Bouleversements hormonaux rapides, ménopause.
  • Fièvre intense.
  • Déficit en fer, anémie.
  • Hypothyroïdie ou hyperthyroïdie.
  • Opération chirurgicale.
  • La fatigue.
  • La grossesse, l’accouchement.
  • La sur sollicitation du cheveu.

Pourquoi le stress influence t-il la perte des cheveux  ? 

Le follicule pileux dispose d’un cycle singulier : pousse, transition, repos et chute de la fibre. Le stress altère la proportion de cheveux en phase de croissance et les plaçant prématurément en phase de repos (télogène). Il faut relativiser en soulignant que cette chute de cheveux n’est pas irréversible. Elle entrainera une repousse les semaines, les mois à venir. La calvitie définitive survient uniquement si un mécanisme inflammatoire sous-jacent préexiste, c’est le cas avec l’alopécie areata, une pathologie auto-immune qui provoquera la chute de cheveux par touffes.

Stress : bouleversements hormonaux accélérant la perte de cheveux

Les hommes présentent un risque accru de perdre leur cheveux et de souffrir de calvitie. Ce phénomène est étroitement lié aux hormones androgènes et à la testostérone. La testostérone stimule la croissance pilaire, toutefois cette hormone influence négativement la phase anagène du cycle capillaire correspondant à la pousse. La testostérone induit donc une décélération du remplacement capillaire. Par conséquent, la chevelure est moins fournie, dense, elle est plus fine et clairsemée.

L’hormone du stress est également mise en cause. Quand nous sommes stressés, notre corps synthétise le cortisol et l’adrénaline. Si le stress devient chronique, ces hormones seront libérées en continu et risquent de ralentir la fonctionnement d’autres hormones nécessaires à la croissance des cheveux. Une étude de chercheurs américains (2) met en évidence l’action des hormones du stress sur la croissance des cheveux via la régulation des cellules souches des follicules pileux. Le stress chronique, maintient à haut niveau la corticostérone (qui est libérée en réponse au stress) qui elle même bloque les follicules pileux dans un état de repos prolongé. Par contre, on observe qu’en absence de corticostérone, les cellules souches des follicules pileux sont stimulées, la croissance est alors relancée.

Le syndrome inflammatoire aggravé par le stress

Le stress psychologique, physique entraine un déséquilibre qui se solde par un stress cellulaire. Les cellules du cuir chevelu touchées de plein fouet par ce stress vont libérer des neuromédiateurs, dont la substance P. Ces neuromédiateurs vont faire apparaitre une inflammatoire aiguë. Le médiateur de l’inflammation, le TNF est ainsi activé, il va inhiber le cycle pilaire. Face à cette cascade inflammatoire, la chevelure bascule alors rapidement en phase télogène (de repos). Le cuir chevelu devient alors plus sensible et exposé au risque de chute. Cette réaction inflammatoire peut être considérée comme un des facteurs du raccourcissement de la vie des cheveux.

Stress : mauvaise circulation sanguine et excès de sébum bouleversant la pousse

Le bulbe capillaire est très vascularisé : le stress peut aboutir à une baisse de l’irrigation sanguine et une hausse de la sécrétion de toxines acides. La mauvaise irrigation peut entrainer une déficience nutritionnelle, compliquant le transport des nutriments jusqu’au bulbe pileux. Les vaisseaux sanguins vont alors avoir tendance à se contracter, “l’alimentation” du cheveu sera donc compromise. La mauvaise irrigation peut ainsi causer un affinement de la fibre capillaire et provoquer l’entrée précipitée des cheveux en phase télogène.

Le stress peut également se traduire par une surproduction de sébum susceptible de provoquer des démangeaisons, des squames qui peuvent encourager à des shampooings intempestifs, à des grattages favorisant la casse du cheveu et donc conduire à sa perte. En effet, le cortisol stimule le glandes sébacées. L’excès de sébum peut obstruer les follicules pileux et faire apparaitre une folliculite. Une folliculite est une inflammation des follicules qui peut troubler le cycle de pousse du cheveux. De plus, le surplus de sébum peut étouffer le bulbe capillaire et ralentir la pousse.

Quelles solutions pour réduire le stress pouvant entrainer une chute de cheveux ? 

Pour endiguer la chute des cheveux causée par le stress, il est judicieux de prendre le mal à la racine et de traiter le fond du problème en s’attaquant directement au stress. Il faut tenter de le contenir au maximum, de l’atténuer afin de limiter ses dommages collatéraux se répercutant sur la croissance, la repousse des cheveux.

Les compléments alimentaires anti stress

Lavilab s’est spécialisé sur le créneau du bien être, ce laboratoire Français propose des compléments alimentaires innovants, de qualité et hautement dosés contre le stress et ses symptômes. Découvrez nos compléments alimentaires contre l’anxiété.

Le magnésium un allié pour combattre le stress néfaste à la croissance capillaire

magnésium complément

Une période stressante peut accélérer la perte de cheveux. Si vous vous sentez anxieux et constatez que vos cheveux sont cassants, fragiles, songez à entamer une cure de magnésium sous forme de complément ! Pourquoi ? Car cet oligo-élément maintient l’équilibre nerveux, de plus, le magnésium stimule la vitamine B. Cette vitamine est impliquée dans la synthèse de la kératine, protéine essentielle soutenant la structure du cheveu et assurant son imperméabilité ! Le magnésium freine également les radicaux libres dans leur progression vers les follicules pileux afin de limiter leur endommagement. Laissez-vous donc tenter par un magnésium de qualité en portant votre choix sur le complément Magnésium Ultra.

Un complément contre le stress chronique 

compléments alimentaires stress

En cette période stressante, vous perdez davantage vos cheveux, vos cheveux tombent par poignées et vous craignez de voir apparaitre des zones clairsemées et dégarnies sur votre cuir chevelu ? Plutôt que de vous rabattre sur des compléments, des gummies anti chute de cheveux favorisant la pousse et la croissance pourquoi ne pas pas s’attaquer à la source du problème en ciblant la gestion du stress ? Si la chute de cheveux trouve son origine dans votre état anxieux, le recours à des compléments alimentaires “pour cheveux” ne résoudra que partiellement le problème et le résultat de sera pas à la hauteur de vos attentes.

Lavilab laboratoire spécialiste du stress propose des compléments alimentaires anti-stress visant à améliorer votre bien être général et à vous libérer de ce stress néfaste pour votre peau, votre immunité et vos cheveux. En effet, si le stress passager ne semble pas avoir d’incidence sur la santé de vos cheveux, ce n’est pas le cas du stress chronique. En effet, si ce stress joue les prolongations, vous exposez votre chevelure à un risque accru de chute. Optez donc pour un complément alimentaire destiné à réduire le stress permanent. Lavilab commercialise le complément “Epuisement”, un complément prescrit en cas de burn out, de stress intense. Ce complément vous aidera à combattre pléthore de symptômes inhérents au stress chronique : dépression, fatigue mentale, fatigue physique.

Une alimentation saine

Pour limiter la chute, la perte capillaire, veillez à vous astreindre à une alimentation équilibrée. Ce qui se trouve dans votre assiette a une incidence sur la vitalité, la vigueur, la santé de vos cheveux. Optez pour un régime alimentaire pour soigner votre cuir chevelu. Privilégiez les oligoéléments (iode, fer, cuivre, zinc…),et les oméga-3 (les poissons gras, les œufs, l’avocat…). Dans une étude menée par Medical News Today, des chercheurs ont révélé que l’huile de poisson qui renferme un acide gras oméga-3 activait la croissance pileuse et capillaire en boostant l’activité de certaines protéines. Pour diminuer le taux de cortisol, il est également préconisé de miser sur un régime anti-inflammatoire en évitant les aliments transformés.

Un groupe de chercheurs de l’Université de Tokyo (3) a démontré qu’un régime riche en graisses ou l’obésité génétiquement induite affectait la pousse des cheveux. Ils se sont aperçus que le surpoids provoquait un épuisement des cellules souches du follicule pileux en envoyant des messages inflammatoires entravant le processus de régénération. Une alimentation trop grasse précipite donc l’affinement des cheveux en épuisant les cellules souches qui servent à la reconstruction des cellules matures impliquées dans la pousse.

Sport : une solution anti stress et stimulante pour le cuir chevelu

Ensuite, ne faites pas l’impasse sur l’activité physique régulière. Le sport vous permettra d’évacuer le stress et de vous délester des tensions nerveuses, la pratique va permettre la libération des endorphines dont l’action s’apparente à celles des anxiolytiques diminuant ainsi l’anxiété et le stress. Optez pour un entrainement cardio agissant sur la circulation sanguine et réduisant l’inflammation dans le corps connue pour son effet néfaste sur la régénération du cheveu. Ensuite, le sport permet par le mécanisme de transpiration de se débarrasser des substances toxiques, d’ouvrir les racines, d’augmenter l’afflux sanguin dans le cuir chevelu pour faciliter l’apport de nutriments et d’oxygène.

Massage relaxant, une solution pour limiter la perte de cheveux

Prenez le temps d’effectuer des massages du cuir chevelu. Délassants, relaxants, ils vous aideront à chasser le stress et à activer la microcirculation. Notre cuir chevelu est irrigué par des vaisseaux sanguins qui assurent le transport des nutriments et évacuent les déchets. Les massages anti stress sont donc bénéfiques pour la pousse et pour limiter les risques de chute.

Un bon sommeil : une solution pour réduire le stress responsable de la chute des cheveux

Un sommeil profond, suffisant et récupérateur est indispensable pour arborer une chevelure resplendissante et dense. C’est lors de la nuit que le renouvellement et la réparation cellulaire interviennent. Un mauvais sommeil et un cycle circadien déréglé conduisent à un rebond du taux niveau de cortisol. Quand nous dormons peu, nous sommes plus irritables et sensibles au stress, se met alors en place un cercle vicieux car le stress affecte la qualité du sommeil. Une étude (4) a illustré le lien entre les niveaux de stress et la croissance des cheveux. La libération de neurohormones, de neurotransmetteurs et de cytokines déclenchée par un stress excessif impacte le cycle de croissance des cheveux. L’insomnie ou le manque de sommeil bouleverse le fonctionnement de l’hormone de croissance (HGH). Un sommeil léger, perturbé fait chuter les taux de HGH, conduisant ainsi à une fragilisation des cheveux.

Les cheveux vont ils repousser ?

L’évolution de l’effluve télogène, perte qui peut être causée par le stress n’est pas une fatalité. La perte n’est pas irréversible, la chute est donc généralement temporaire. Les cheveux repoussent quand le stress s’est dissipé. La croissance des cheveux, le renouvellement s’opère environ 6 à 8 mois dès lors que la cause a été traitée, selon le Collège américain d’ostéopathie et dermatologie.

 

(1) Source article: Choi, S. et al. (2021). Corticosterone inhibits GAS6 to govern hair follicle stem cell quiescence. Nature. DOI: 10.1038/s41586-021-03417-2.

(2) Corticosterone inhibits GAS6 to govern hair follicle stem-cell quiescenceSekyu Choi1,2. Bing Zhang1 , 2 ,1 3, Sai Ma1,3,4, Meryem Gonzalez-Celeiro1,2, Daniel Stein1,2, Xin Jin1,2,4, Seung Tea Kim.

(3) Hironobu Morinaga et al, Obesity accelerates hair thinning by stem cell-centric converging mechanisms, Nature (2021). DOI: 10.1038/s41586-021-03624-x.

(4) Interactions between sleep, stress, and metabolism: From physiological to pathological conditions
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4688585/.

Derniers articles

";
Send this to a friend