Retour au blog

Fatigués tout le temps, fatigue chronique : pourquoi, quelles sont les causes ?

Vous êtes fatigués tout le temps, vous vous sentez exténués, éreintés sans énergie, complètement à plat ? Cette fatigue permanente handicape votre quotidien, vous avez l’impression de tourner au ralenti, de manquer de nerf, de dynamisme. Nous décryptons ensemble les causes qui peuvent expliquer cette sensation persistante de fatigue. A quel moment peut-on parler de fatigue chronique ?

Quelle soit passagère ou chronique, la fatigue est un motif de consultation pour environ 30 % des Français. La sensation d’épuisement peut jouer les prolongations et venir perturber votre vie quotidienne, sans que la récupération de bonnes nuits de sommeil ne permette de l’atténuer. Deux dimensions doivent attirer votre attention: la durée et l’intensité de cet état de fatigue. Une incapacité à s’atteler aux missions du quotidien, des efforts colossaux pour accomplir des taches simples, une persistance de cet état ne doivent pas être pris à la légère.

Les causes de la fatigue permanente

Tout le temps fatigués : vous ne vous désaltérez pas suffisamment

Consommer de l’eau en quantité suffisante est primordial pour préserver les organes vitaux de l’organisme. Différentes études (1) ont prouvé que la déshydratation chronique impacte l’humeur, accroit la sensation de fatigue et affecte la vigilance.  On considère qu’une légère déshydratation (perte de 1% d’eau) peut conduire à une perte d’énergie. Face à cette perte, le corps et le cerveau fonctionneraient en sous régime altérant ainsi les performances. Selon une étude, dormir 6 heures plutôt que 8 causerait une déshydratation. Des chercheurs de l’université de Pennsylvanie ont révélé que dormir 6 heures par nuit augmentait les probabilités de souffrir de déshydratation, une hausse de l’ordre de 16 à 59% par rapport à une nuit de 8h. Cette déshydratation entraîne fatigue et a une incidence négative sur l’humeur, la motivation. Le cerveau humain est composé à 75 % d’eau, des pertes même minimes ralentissent la circulation, ce qui provoque une réduction de l’oxygène circulant dans le corps.

Tout le temps fatigués : des carences alimentaires

Les nutriments comme le fer, le zinc, le calcium, le magnésium et les vitamines jouent un rôle prépondérant dans l’équilibre chimique cérébral. Une carence en l’un de ces nutriments peut engendrer une détérioration de la qualité du sommeil et de facto une grand épuisement. En cas de fatigue chronique, il peut donc être judicieux de procéder à une analyse de sang complète pour détecter des éventuels déficits.

Misez sur les glucides : les aliments qui en contiennent convolent l’énergie nécessaire pour éviter la fatigue. La vitamine C consommée régulièrement vous évitera également de vous sentir tout le temps fatigués. Elle favorisera la bonne absorption du fer par l’organisme. Les vitamines B9 et B12 sont aussi essentielles au bon fonctionnement du système nerveux. La vitamine C est très fragile  : elle est sensible à la chaleur, à l’air et à la lumière. A température ambiante, la teneur en vitamine C d’un aliment peut être amputée de 50% en moins d’une journée. Pour enrayer les pertes, stockez les aliments au frais et à l’abri de la lumière.

Le fer assure le transport de l’oxygène dans le sang, c’est un minéral qui vous aidera à lutter contre la fatigue permanente. Vous le retrouverez dans la viande rouge, le poisson, les crustacés, les légumineuses, les céréales complètes. L’allié du fer, c’est la vitamine C, si vous combinez les 2, vous faciliterez l’absorption du fer par l’organisme

Enfin faites attention aux sucres rapides que l’on trouve dans les aliments sucrés et raffinés (bonbons, biscuits industriels ). En effet ce sont des pourvoyeurs d’énergie mais qui ne permettent pas de lutter efficacement contre une fatigue permanente. Ils vous revigorent et vous délivrent une action anti-fatigue mais le regain d’énergie sera de courte durée, gare à l’effet boomerang ! Quand on consomme du sucre, on ressent une montée rapide d’énergie mais qui retombe aussi tôt. En effet, le pancréas va produire massivement de l’insuline, afin d’absorber le sucre en excès dans le sang et afin de stabiliser la glycémie. Ce pic d’insuline va dans un second temps s’effondrer et causer une grande fatigue. De plus, le sucre bloque l’action des orexines, une hormone du cerveau impliquée dans la sensation d’éveil : la fatigue est donc inéluctable.

Magnésium contre la fatigue intense

En cas de stress, le corps mobilise une énergie considérable. Cette énergie est issue de la conversion des sucres et des graisses, transformation initiée par le magnésium. Cette mobilisation va inévitablement épuiser notre organisme. Nos ressources en magnésium se tarissent alors. De plus, les hormones sécrétées provoquent l’introduction conséquente de calcium dans nos cellules. Physiologiquement, ce surplus de calcium entraine une élimination du magnésium. En résumé, plus vous vous sentez stressés, plus vos réserves en magnésium s’épuiseront. Cette carence va entrainer une diminution de la production d’énergie induisant de la fatigue.

magnésium complément

Fatigue persistante et manque d’exercice

Plusieurs études ont mis en évidence une corrélation entre le manque d’exercice physique, la fatigue chronique et des niveaux de cortisol trop faibles. Rapidement, on tombe dans un cercle vicieux : l’épuisement décourage l’individu à pratiquer une activité physique, ce qui renforce la sensation de fatigue. Il est recommandé de pratiquer l’équivalent d’au moins 1 heure de marche rapide par jour. L’exercice nous aide à produire et libérer des hormones et des neurotransmetteurs qui vont aider à combattre notre fatigue, grâce à leur effet euphorisant, énergisant et relaxant. Le sport stimule les hormones anabolisantes (molécules émises par l’organisme pour favoriser la réparation ou la construction d’un tissu). Une étude (2) menée par l’Université de Géorgie le confirme : le sport est redoutable contre la fatigue. Pour le se faire, l’équipe a fait appel à des personnes très sédentaires. On leur a demandé de faire du sport à raison de 20 min, 3 fois par semaine. Résultat, après 1 mois et demi, tous les participants ont vu leur fatigue baisser de 65% et leur taux d’énergie augmenter de 20%.

Perfectionnisme et fatigue mentale et physique

Si vous êtes perfectionnistes dans l’âme, et avez donc tendance à vous attarder sur les moindres petits détails, vous êtes sans doute plus enclins à la fatigue chronique. La fatigue mentale, intellectuelle finit par se transformer en fatigue physique. Votre corps est alors en état dans l’alerte. Des objectifs trop ambitieux, démesurés, la hantise de l’échec cuisant et une autocritique permanente, sont autant de facteurs liés à un sommeil léger et peu satisfaisant qui vous donneront l’impression d’être toujours fatigués.

Ronflements et apnées du sommeil : fatigue chronique

Les ronflements, les apnées du sommeil peuvent dégrader la qualité du sommeil, multiplier les réveils nocturnes et provoquer une fatigue chronique. La fréquence des apnées du sommeil est 12 à 30 fois plus haute chez les individus atteints d’obésité. Se délester de 7 kgs peut parfois suffire à atténuer le ronflement et améliorer la profondeur et le caractère réparateur du sommeil. L’apnée du sommeil peut interrompre la respiration et provoquer des arrêts de plusieurs secondes. Par conséquent, ces micro-réveils perturbent les cycles. L’épuisement au réveil et les risques de somnolence en journée sont donc accrus.

Les excès du sommeil lors des jours de repos : la sensation d’être toujours fatigué

Les lundi, vous peinez à vous extirper de votre sommeil : vous vous sentez fatigués, las, sans énergie ? La nuit du dimanche au lundi est souvent moins propice à l’endormissement et à la récupération. Cela s’explique par le chamboulement du rythme de sommeil marqué de nouvelles habitudes et des heures irrégulières. L’organisme est déréglé et vous payer le prix fort. C’est le même mécanisme qui opère quand vous êtes soumis à un décalage horaire. Votre sécrétion de mélatonine est donc retardée, et la resynchronisation requiert du temps. La réadaptation s’accompagne souvent d’une fatigue persistante qui peut durer plusieurs jours et se renouveler chaque semaine si vous allez vous coucher beaucoup plus tard le week end.

Exposition aux écrans avant le coucher : risque d’une fatigue intense

Avoir les yeux rivés sur son écran de téléphone, parcourir sa liseuse électronique sont des habitudes à abandonner si on souhaite se prémunir contre la fatigue permanente. La lumière que ces écrans dégage freine la fabrication de mélatonine. Cette lumière artificielle stimule le sens de la vue et trouble l’horloge biologique interne. Sur le long terme, cette utilisation, ce gout immodéré pour la télévision et les fils d’actualités avant le coucher s’avèrent néfastes et peuvent vous donner la sensation d’entre tout le temps fatigués, sans énergie. Si délaisser cette habitude vous semble inconcevable, vous pouvez toujours recourir à des filtres anti lumière bleue.

Toujours fatigués et si le problème venait de la consommation de caféine

La caféine a la particularité d’être tenace dans l’organisme. En effet, elle perdure entre 3 et 5 heures. Quand elle est ingurgitée 6 heures avant le coucher, elle réduirait le sommeil d’une heure ! La caféine empêche, généralement la somnolence car elle exerce une action sur certains récepteurs, notamment ceux de l’adénosine. L’adénosine apporte une protection à notre cerveau via le ralentissement de nos activités cérébrales et permet de glisser vers l’endormissement. Or, la caféine, se fixe sur les récepteurs à adénosine activant ainsi nos neurones. Le cerveau libère alors des hormones pour sécréter de l’adrénaline, accélérant ainsi le rythme cardiaque et rendant l’endormissement difficile. Conséquences : une nuit écourtée et un sommeil peu réparateur générant une fatigue qui peut perdurer et vous donner l’impression d’être tout le temps fatigué si votre consommation de café est trop fréquente et trop tardive.

Consommation d’alcool et fatigue excessive

La consommation d’alcool après le dîner peut menacer le 1er cycle de sommeil, nommé l’éveil calme. Au cours de cycle, le cerveau est actif mais le corps se détend. L’alcool a également la fâcheuse tendance de provoque des réveils intempestifs dus à la libération d’adrénaline, et détraque les cycles de sommeil car il entrave l’entrée du tryptophane au cerveau. De surcroit, comme l’alcool déshydrate, les personnes en ayant consommer ont souvent tendance à se réveiller au beau milieu de la nuit pour se désaltérer. Le sommeil est donc moins régénérateur.

 

Des compléments alimentaires pour combattre activement la fatigue prolongée

Complément alimentaire contre la fatigue persistante

fatigue energie

Si votre fatigue persiste, que vous êtes en période de convalescence et que vous vous sentez affaiblis, en manque de dynamisme, que vos batteries sont à plat, vous pouvez vous tourner vers les compléments alimentaires. Les compléments alimentaires font partie d’un écosystème global de prise en charge. En général ils se greffent à une thérapie, à un suivi médical, psychologique. Lavilab a mis au point un complément alimentaire pour lutter contre la fatigue tenace qui perdure. Grace à son actif Robuvit, ce complément alimentaire rebooste votre motivation, contribue à l’amélioration de vos performances sportives et intellectuelles. Avec le complément alimentaire Energie Ultra, vous retrouvez tonus et vitalité en cas de baisse de régime

Complément alimentaire contre la fatigue mentale et physique

complément fatigue mentale

Epuisement est un complément alimentaire qui s’adresse aux personnes épuisées, à bout de nerfs qui se sentent exténuées à cause du stress qu’elles endurent. Si le stress de la vie quotidienne, de votre foyer ou de votre environnement professionnel vous vampirise et pompe votre énergie, ce complément vous aidera grandement. Lassitude, charge mental, pression: vous vous sentez fatigués tout le temps, n’arrivez plus à puiser au plus profond de vous même la moindre motivation ? Vous dormez mal et peu ? Ce complément alimentaire vous apportera détente et relaxation tout en vous fournissant l’énergie nécessaire pour surmonter les situations les plus éprouvantes et stressantes qui entament votre vitalité.

Quand consulter ?

Une fatigue qui devient chronique doit vous amener à entamer une réflexion sur votre hygiène de vie : interrogez vous sur votre sommeil (durée, réveils nocturnes, heures de coucher) sur votre alimentation (est-elle variée et équilibrée, consommez vous des fruits et légumes). Demandez-vous si votre pratique sportive est suffisante (30 mns d’activité modérée par jour).  Si vous cochez toutes les cases de cet inventaire, il faudra vous rapprocher de votre médecin traitant. Un examen clinique plus poussé permettra d’investiguer et de poser le bon diagnostic. Si besoin, des examens complémentaires (biologie, imagerie…) seront recommandés.

Ne laissez pas une fatigue sous-jacente s’installer, surtout si cette épuisement est associé à d’autres manifestations inquiétantes (fièvre, changement de poids, douleurs articulaires, souffle coupé). La combinaison de certains symptômes, comme une fatigue chronique et un amaigrissement, peut orienter vers le cancer. Dans ce cas de figure, un scanner s’imposera. Un bilan peut également être indiqué pour détecter une possible anomalie. Dans un 1er temps, des examens biologiques sanguins seront réalisés pour trouver des marqueurs d’une anémie, d’une inflammation, d’un trouble de la fonction thyroïdienne ou rénale, d’anomalies métaboliques, d’une atteinte hépatique ….

Bon à savoir : la fatigue peut aussi être la conséquence d’une réaction de type inflammatoire. Elle se manifeste par la hausse considérable de la Protéine C Réactive (CRP) dans le sang. Si vous faites un examen sanguin et que votre taux de CRP est élevé, cela peut donc être révélateur d’une inflammation comme une arthrite, d’une infection virale ou bactérienne.

Quelles maladies font que vous vous sentez toujours fatigués ?

Les maladies infectieuses peuvent causer une grande fatigue qui s’estompera après guérison, toutefois certaines pathologies peuvent provoquer une fatigue permanente : une asthénie chronique.

Les perturbations endocriniennes et la fatigue chronique

Le diabète de type 2, les troubles de la thyroïde : ces anomalies peuvent dérégler l’équilibre du métabolisme. Par exemple, si vous êtes touchés par l’insulino-résistance, le sucre n’alimentera pas vos cellules. Ainsi, au lieu d’entretenir le développement de vos muscles, il contribuera  à un sur stockage de masse graisseuse et l’embonpoint épuise davantage l’organisme au moindre effort. Vous risquez de vous sentir très souvent fatigués.

Le déficit en fer (anémie) cause méconnue de la fatigue durable

L’anémie se traduit par une baisse des globules rouges.. Les anémies concernent surtout les jeunes femmes menstruées. Toutefois, l’anémie peut résulter d’une carence d’apport en nutriments. Si votre régime alimentaire n’est pas suffisamment équilibré, vous risquez donc de vous sentir tout le temps fatigués, faibles, bien que vous ayez atteint votre quota d’heures de sommeil. Les principales manifestations sont la fatigue, un teint blafard et un essoufflement rapide.

Les problèmes chroniques (maladie rénale…)

Les insuffisances d’organes vitaux (cœur, reins, poumons, foie, pancréas…) comme la bronchopneumopathie chronique obstructive entrainent en général une sensation de fatigue persistante.

La fibromyalgie indissociable de la fatigue chronique

Cette maladie s’accompagne d’une fatigue profonde parfois en lien avec des troubles du sommeil. De plus, la dépression et l’anxiété sont 4 fois plus élevées chez les personnes atteintes par la fibromyalgie. Ces symptômes ont un effet direct sur le niveau d’énergie. Dans plus de 80 % des cas, la fibromyalgie frappe les femmes entre 30 et 55 ans.

Les affections auto-immunes en lien avec la fatigue

Les maladies auto-immunes ou inflammatoires (lupus, maladie de Crohn)  provoquent des réponses inflammatoires générant les fameuses cytokines. Ces dernières assurent la défense de l’organisme, y compris contre lui même conduisant à un état de fatigue intense, de fatigue chronique. Dans le cas d’une maladie auto-immune, le système immunitaire combat ses propres cellules, épuisant complètement l’organisme. Ces maladies touchent 3 à 5 % des Français.

Les troubles du sommeil synonymes de fatigue sur le long terme

Apnée, jambes sans repos, insomnies : ces troubles écourtent la durée du sommeil. 80% des personnes touchées par le syndrome des jambes sans repos sont sujettes à des tremblements musculaires, des contractions incontrôlables pendant leur sommeil. Ces mouvements ne réveillent pas forcément le dormeur, mais ils fragmentent le sommeil, le découpent avec au moment du réveil la désagréable impression d’avoir mal dormi.

Le reflux gastro-œsophagien

Lorsque le contenu de l’estomac remonte dans l’œsophage, des symptômes comme des brulures, des quintes de toux, un mal de gorge peuvent se manifester. Ces remontées acides s’intensifient la nuit, ces aigreurs sont le plus souvent nocturnes empêchent de bien dormir. La hernie hiatale (quand l’estomac remonte dans le thorax à travers l’orifice hiatal) est un autre syndrome qui peut expliquer la fatigue chronique. En effet, 80% des personnes souffrant de reflux avec hernie hiatale manifestent des symptômes nocturnes qui sont souvent synonymes de nuits saccadées et de fatigue persistante.

Les affections neurologiques : une fatigue qui s’installe durablement

Les maladies comme la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson. La fatigue physique et mentale font souvent leur apparition avant les autres symptômes de la maladie, comme des douleurs, des problèmes de motricité

Les infections virales chroniques

(VIH, hépatites B et C) qui s’accompagnent elles aussi d’une réaction inflammatoire.

Le syndrome de fatigue chronique

La fatigue chronique toucherait quasiment 0,5 % des Français. Les causes ne sont pas clairement établies, une des causes est probablement liée un hypométabolisme dans un contexte inflammatoire. Dans 40 % des cas, une infection virale est le déclencheur. Une étude (3) conduire au moment d’une épidémie de SARS a montré que 40 % des personnes éprouvaient encore de la fatigue quelques années après avoir été infectées. Quasiment 25 % d’entre elles ont été diagnostiquées avec un syndrome de fatigue chronique.  Cette fatigue chronique s’accompagne souvent d’une faiblesse générale post-effort. Ce malaise correspond à un épuisement profond et peut se manifester après un effort physique ou mental, ou suite à des émotions. L’évolution du syndrome de fatigue chronique est variable. Ses symptômes les plus aigus s’étalent sur 2 ans et peuvent resurgir de façon cyclique.

Tout temps fatigué : un symptôme Post Covid ?

La covid-19, les formes de covid longs peuvent déclencher des symptômes comme la fatigue intense. Ce symptôme se traduit par des vagues de fatigue et ou des baisses d’énergies brutales qui ne sont pas constantes. Cette fatigue physique et également mentale, intellectuelle : on parle alors de brouillard cérébral s’accompagnant d’un état de confusion, de sensation de planer, d’être déconcentré. Si vous avez contracté la covid-19 et que votre fatigue persiste plus de 3 mois après la contamination, vous souffrez très probablement de syndrome de fatigue chronique.

Les signes de la fatigue chronique

Vous êtes tout le temps fatigué, vous manquez d’énergie, nous vous aidons à détecter les symptômes de la fatigue chronique

  • La fatigue dure plus de 6 mois.
  • Votre fatigue intense n’est pas à mettre sur le compte d’un effort physique ou mental particulier.
  • Vous ne réussissez pas à récupérer votre énergie, à vous reposer même après une nuit de sommeil.
  • L’effort physique même modéré exacerbe votre fatigue.
  • Vous constatez une baisse de votre productivité au travail.
  • Douleurs musculaires et articulaires.

 

(1) Benton D & al. Do small differences in hydration status affect mood and mental performance. Nutr Rev. 2015 Sep;73 Suppl 2:83-96. doi: 10.1093/nutrit/nuv045.

(2) Low-intensity exercise reduces fatigue symptoms by 65 percent. study finds February 28, 2008 by Sam Fahmy.

(3) Mental Morbidities and Chronic Fatigue in Severe Acute Respiratory Syndrome SurvivorsLong-term Follow-up Marco Ho-Bun Lam.

Derniers articles

";
Send this to a friend