Retour au blog

Anxiété : causes, conséquences, solutions

L’anxiété répond à une impression de péril imminent, l’anxiété englobe des symptômes émotionnels, somatiques, cognitifs et comportementaux. Quelles sont les causes ? Comment se manifeste-t-elle ? Comment en venir à bout ?

Qu’est-ce que l’anxiété ?

Les troubles anxieux témoignent d’un sentiment diffus d’inquiétude, d’anxiété, parfois irrationnel ou démesuré. Les troubles anxieux sont contraignants pour la personne qui peut se replier ou développer des troubles comme la dépression. Les émotions qui assaillent la personne anxieuse ne sont pas proportionnelles par rapport au danger potentiel. L’anxiété est souvent confondue à tort avec le stress. Le stress correspond à une adaptation face à un stimulus, une réaction de l’organisme tandis que l’anxiété correspond à un phénomène de projection, d’anticipation : la personne imagine le pire.

Symptômes de l’anxiété

Handicapante dans vos faits et gestes du quotidien, l’anxiété peut compromettre votre vie sociale et se révéler invalidante. Cette inquiétude poussée à son paroxysme s’accompagne de son lot de manifestations physiques et psychologiques qui riment avec oppression et malaise. Voici les symptômes qu’on peut recenser :

  • Difficulté à trouver le sommeil
  • Courbatures et tensions musculaires.
  • Palpitations, cœur qui s’emballe
  • Tremblements.
  • Frissons, sueurs froides
  • Maux de tête ou de ventre.
  • Impression de manquer d’air
  • Gorge ou estomac noués.

Voici quelques exemples de manifestations de l’anxiété

Croire que le pire vous arrive systématiquement : fatalité.
Etre control freak, ressentir le besoin impérieux que la situation soit sous contrôle, ne pas laisser de place à l’imprévu.
Dresser des conclusions hâtives, à l’emporte pièce sans preuve.
S’appesantir sur un détail et en oublier le contexte global.
Extrapoler à partir d’un événement.
Exagérer les répercussions.
Etablir des liens erronés.

Causes de l’anxiété

Si l’anxiété perdure de façon anormale, on évoquera le trouble de l’anxiété. Certains individus présentent plus de risques de développer une anxiété généralisée. Les facteurs d’environnement ont leur part de responsabilité dans la manifestation de l’anxiété. Toutefois les gênes peuvent également être mis en cause. En effet, il existe in facteur héréditaire de l’anxiété, des prédispositions familiales, génétiques ne sont pas à exclure. Les parents au 1er degré courent un risque de 25% (5 fois plus élevé que la population générale).

Certains gènes alimentent une nature anxieuse (R-HTT, jouant un  rôle dans la régulation de la sérotonine, RGS2, impliqué dans la régulation des récepteurs aux neurotransmetteurs). Biologiquement parlant, le trouble anxieux se caractérise par une réactivité démesurée du système nerveux central, impliqué dans les manifestations sympathiques. Le GABA neurotransmetteur du cerveau, est produit en quantité trop faible, ce qui cause des excès de noradrénaline et de sérotonine. Le cortex cérébral temporal a alors tendance à être hyperactif (ce qui se manifeste par des “ruminations” permanentes.)

Enfin l’anxiété peut répondre à un schéma de reproduction, de mimétisme en fonction de l’éducation reçue et de l’environnement dans lequel on évolue. Avoir des proches, des parents anxieux qui ont tendance à somatiser, à appréhender des situations futures peut inconsciemment nous pousser à reproduire le même comportement de préparation psychologique et mentale.

  • Identifier son problème et les facteurs anxiogènes : mettre le doigt sur les sources d’anxiété, les reconnaitre
  • Se lancer dans une démarche constructive pour comprendre comment changer son comportement, sa manière de voir les choses et d’appréhender les événements
  • Entamer un travail sur son corps, sur ses émotions. Il ne faut pas essayer à refouler ses émotions mais il faut les adapter à la réalité.

Conséquences de l’anxiété sur la santé

  • Atteintes cardiovasculaires. Une étude parue dans The Lancet en 2017 indique qu’un stress élevé conduit à risque 1,6 fois plus élevé d’accident cardiovasculaire.
  • Una hausse de la tension artérielle
  • Des troubles digestifs et intestinaux
  • Des problèmes de sommeil (insomnies)
  • Une prise de poids
  • Des troubles de l’humeur, un risque de dépression
  • Conduite d’échec

Les solutions anti anxiété 

La gestalt-thérapie : solution de la confrontation pour lutter contre l’anxiété

La gestalt mis au point par le psychiatre Fritz Perls se penche sur nos interactions. Cette thérapie consiste à rétablir de la souplesse et de la mobilité quand la situation semble sclérosée. La gestalt-thérapie s’adresse aux individus souffrant d’anxiété, de troubles comportementaux induits par le stress. La réussite repose sur la qualité du contact entre le thérapeute et son patient pour le mettre en confiance et faire sauter des verrous. Il dispose de différentes techniques : dramatiser ses rêves, discuter face à une chaise vide (imaginer son interlocuteur), mimer un dialogue, dessiner ses sentiments, se prêter à des jeux de rôle (par ex, peur de l’eau : incarner le marin, le navire, la mer déchainée, la tempête…). Cette technique inclut un contrôle de l’anxiété ‘par exposition’. Le patient dresse alors la liste des facteurs qui créent de l’anxiété et ensuite, il essaye de les expérimenter. C’est un apprentissage empirique, basé sur ‘l’exposition à nos peurs’.

Une étude (1) a validé l’efficacité de la méthode du dialogue de la chaise vide pour lutter contre son anxiété. Le but principal de la thérapie est donc de renouer avec les émotions liées au problème afin d’en réduire l’impact. 29 individus ont suivi 14 séances individuelles hebdomadaires d’une durée de 1h. Les résultats ont indiqué que 45 % d’entre eux avaient résolu leur anxiété.

L’EMDR : la solution thérapeutique basé sur le mouvement oculaire

L’ EMDR s’intéresse à la stimulation de nos sens (mémoire sensorielle qui encode les souvenirs) pour réduire l’intensité du vécu qui nous pousse à angoisser. Il s’agit d’un méthode thérapeutique de désensibilisation et de reprogrammation par le biais des mouvements des yeux. Ces mouvements oculaires permettent au patient de « digérer » les réminiscences des épreuves traumatiques à l’origine de ses réactions anxieuses. En premier lieu, cette technique est préconisée en cas de traitement de syndrome de stress post-traumatique. Toutefois, elle est aussi recommandée pour la prise en charge de sur troubles anxieux secondaires. Cette solution permettrait une dissociation de l’émotion et du souvenir. Ainsi, il se départirait de sa charge émotionnelle, comme après un deuil. Cette stimulation restructurerait l’information traumatique dans le cortex et non plus dans le cerveau limbique, rattaché aux émotions.

Les TCC : une solution pour traiter l’anxiété

Les thérapies comportementales et cognitives permettent au patient de mieux comprendre son anxiété et de s’adapter. d’assimiler de nouveaux comportements grâce à la structuration de nouveaux schémas de pensées. En TCC, on estime qu’une peur est due aux conditionnements et aux cognitions erronées. Le psy et son patient s’engagent à prendre à bras le corps la problématique, préalablement identifiée. La thérapie peut être brève (4 séances), si il s’agit d’une phobie simple. Toutefois, le chemin sera plus long (6 mois ou plus) si le fond anxieux est lourd.

Le thérapeute aide ainsi le patient à comprendre sa difficulté. Ensuite, le psy dispose de plusieurs outils : l’exposition progressive aux pensées dysfonctionnelles, aux émotions douloureuses ou aux objets redoutés ; la psychoéducation (il explique, par exemple, comment fonctionne le mécanisme phobique, mais aussi comment vole un avion) ; la restructuration cognitive (comment repérer puis changer les pensées toxiques) ; des exercices d’affirmation de soi ; l’observation et l’évaluation de son degré d’anxiété ; des techniques de relaxation, de respiration, de méditation, d’acceptation…. Le but des TCC n’est donc pas de faire disparaître l’anxiété, mais de l’accepter, de ne plus fuir.

Des compléments alimentaires pour réduire votre stress

Les compléments alimentaires anti stress venant se greffer à une thérapie, peuvent être de précieux alliés pour vous détendre.

L’éleuthérocoque contre l’anxiété : le complément Epuisement

compléments alimentaires stress

Dans l’empire du milieu, l’éleuthérocoque est une plante prodigieuse reconnue depuis des millénaires. Indiquée en cas de surmenage, stress, fatigue et anxiété : elle est la botte secrète que l’on trouve dans les compléments alimentaires aux vertus relaxantes. En cas d’anxiété, les capacités cognitives sont souvent mises à mal, défaillantes. Cette plante adaptogène vous aidera à combattre le stress persistant et maintiendra votre vigilance, concentration et vos performances mentales. Elle doit sa réputation à sa capacité à augmenter la résistance de l’organisme face à tous les types de stress : physique, mental. Cette plante est utilisée dans le complément alimentaire phare de la marque Lavilab : le complément Epuisement. Recommandé en cas de stress chronique, ce complément alimentaire anti stress peut améliorer votre état en cas d’anxiété, de période où vous vous sentez fragiles émotionnellement.

Complément alimentaire No Stress Flash : le pouvoir du Lactium et de l’extrait d’Asperges

anti stress compléments

Vous ne souffrez pas de trouble anxieux général mais votre anxiété se manifeste de façon sporadique au grès des évènements qui jalonnent votre existence ? Au cours du mois, vous redoutez certains évènements. Vous avez tendance à vous torturer l’esprit en imaginant la tournure que pourrait prendre une réunion, un rendez-vous, une prise de parole ? Pour calmer votre anxiété à l’approche d’un évènement qui coïncide avec une peur profonde, vous pouvez donc compter sur le complément alimentaire No Stress Flash.

Ce complément alimentaire vous soutiendra lors de craintes, d’appréhension, d’anxiété liée à l’anticipation. De plus, ce complément vous aidera à garder vos moyens et à garder les idées claires au moment où le stress sera à son comble, votre stress aigu se dissipera et vous reprendrez le contrôle. Le complément alimentaire No Stress Flash est formulé avec du Lactium, un actif innovant, encore relativement rare sur le marché des compléments. Cet actif a fait l’objet de 10 ans de recherches, breveté, son efficacité a été approuvée contre le stress, l’anxiété.

Complément alimentaire Magnésium anti stress et fatigue

magnésium complément

Le magnésium est bénéfique en cas de stress et d’anxiété. Ce minéral participe à la conversion d’un acide aminé nommé tryptophane en sérotonine (un neurotransmetteur associé à une humeur positive.) L’alimentation permet rarement de couvrir les besoins journaliers en magnésium. 70% des Français sont carencés, d’où l’intérêt de supplémenter avec un complément alimentaire. Tous les compléments alimentaires magnésium ne se valent pas. Pour choisir votre complément Magnésium, soyez vigilants sur la teneur et sur les sels de magnésium employés. Certains magnésium ne sont pas bien assimilés par l’organisme et présentent un faible taux d’absorption.

Le complément Alimentaire Magnésium Ultra de Lavilab se distingue par son excellent rapport teneur/Absorption. En effet, il est assimilée en plus grande quantité que du magnésium bisglycinate. Plus récemment, une revue de 2017 qui a examiné 18 études différentes a révélé que le magnésium réduisait effectivement l’anxiété. Le magnésium joue un rôle important dans la régulation des neurotransmetteurs, qui envoient des messages dans tout le cerveau et le corps. Anti fatigue et stress, un complément à base de magnésium peut atténuer votre anxiété et vous aider, une forte anxiété a tendance à épuiser vos réserves en magnésium : un véritable cercle vicieux. D’où l’intérêt de se supplément avec un complément alimentaire pour compenser vos déficits.

Stress ou anxiété ?

Le stress est décrit comme une réponse naturelle cérébrale et corporelle corrélée avec un contexte considéré comme dangereux. Quand un enfant est confronté à une nouveauté, à un environnement inconnu ou une situation imprévue, quand il se heurte à une difficulté ou se fait sermonner, son « système d’alarme intérieure » se met en route et le met en alerte. Quand la situation stressante s’achève, le système d’alarme se désactive et le stress s’évanouit. Le stress s’apparente ainsi à un lien de cause à effet : un évènement survient et cela génère du stress.

L’anxiété est une sensation causée par l’anticipation, l’appréhension négative. La personne anxieuse se projette et se prépare psychologiquement au pire, cette attitude occasionne des pensées sombres et envahissantes. Souvent, les pensées s’entrechoquent et le scénario échafaudé prend des allures de scénario catastrophe ou aucun dénouement heureux ne semble envisageable. De plus, l’inquiétude est perçue même si l’objet de la peur n’est pas tangible, palpable dans la réalité ou si cet objet est réaliste. En effet, la personne anxieuse « visualise » sa source d’anxiété, sa crainte avec son imagination féconde et cette visualisation plus vraie que nature enclenche son système d’alarme.

Il est coutume de dire que parfois que le stress peut revêtir des formes positives et se muer en un « moteur », nous incitant à nous surpasser ou à faire preuve d’une vigilance particulière. À contrario, l’anxiété est paralysante et peut s’ériger telle une barrière infrangible, elle peut alors pousser au renoncement, au désistement, à faire marche arrière, à se fermer des portes.

Différences entre stress et anxiété

Voici un exemple concret permettant de constater quelques nuances entre le stress et l’anxiété.

Élément déclencheur
Stress »

Le système d’alarme interne est s’active face à un danger ou un risque réel et proche d’un point de vue temporel. Exemple : Je ne connais pas ce chien, j’ai un peu peur de l’approcher. Je me tiens à bonne distance.

Anxiété »

Anticipation et appréhension d’une situation. Exemple : Je ne veux pas me rendre chez une amie, car elle possède chien. Je commence à me passer la rate au cours bouillon, à me faire un sang d’encre plusieurs jours avant ou la veille de ma visite.

Émotions et sentiments
Stress »

Prudence — Nerfs à fleur de peau — Fébrilité — Agitation
Ex : J’observe le chien de loin. Quand je m’approche, mon rythme cardiaque s’accélère et je tremble.

Anxiété »

Inquiétude — Appréhension — Angoisse — Panique — Terreur — Peur
J’ai du mal à m’endormir la veille d’un évènement, car je pense à ce qui pourrait survenir. Je ressens le stress avant d’être confronté à l’objet de ma peur

 

L’anxiété peut être pathologique, elle bloque ses capacités d’agir.  On parle alors d’un trouble anxieux lorsque l’anxiété devient une source de souffrance et de détresse en empêchant le bon fonctionnement de l’individu. La personne qui souffre de l’anxiété est donc moins consciente de ce qui provoque cette souffrance (contrairement à la situation de peur ou de stress), souvent elle se rend bien compte que ses angoisses sont assez irrationnelles sans pour autant pouvoir influencer ses réactions. L’anxiété s’accompagne souvent de symptômes physiques plus marquants que ceux du stress comme la douleur dans la poitrine, les bouffés de chaleur, la difficulté à respirer… Les personnes anxieuses ont également tendance à développer le comportement d’évitement: à la fois face aux situations qui provoquent l’anxiété, mais aussi en ayant la peur qu’une crise d’angoisse se reproduise. Cela signifie que l’anxiété s’auto-alimente, alors que le stress diminue quand on répond aux exigences qui nous sont imposées, par exemple, en respectant un délai.

Types de troubles anxieux

Trouble anxieux généralisé

Ce trouble anxieux se présente sans discontinuer dans toutes les circonstances (professionnelle, familiale, sociale)

Phobies

Elle se caractérise par une crainte profonde. La plus courante est la phobie sociale où l’anxiété se manifeste lors d’exposition aux interactions (comme la peur de prendre la parole en public).

Trouble panique

Attaque de panique

C’est une peur intense qui survient brutalement et s’accompagne de multiples symptômes physiques (palpitations, difficultés de respiration, etc.) et d’une peur de perdre le contrôle ou de devoir faire face à une catastrophe imminente et de mourir.

Trouble panique 

Il peut être diagnostiqué si les épisodes d’attaques de panique se répètent d’une manière imprévisible et spontanée durant un temps prolongé et s’accompagnent d’une peur d’avoir une nouvelle attaque.

Trouble obsessionnel-compulsif

Ce trouble se définit par la survenue d’idées obsédantes en lien avec une angoisse (par ex, une peur bleue de la contagion qui pousse une personne a une obsession de la propreté et à imaginer que son environnement est et contaminé) et qui conduit à des comportements compulsif obéissants à des rituels cadrés et millimétrés (dans ce cas de figure se laver les mains plusieurs fois d’affilé, inspecter les surfaces, ne plus oser toucher des objets) Ces rituels rassurent la personne.

Trouble post-traumatique

Ce trouble anxieux se manifeste suite à l’exposition à un événement traumatique (accident, attaque) qui correspond à la reviviscence de cet événement associé au stress aigu et aux comportements d’évitement.

 

(1) Paivio SC, Greenberg LS. Resolving “unfinished business”: efficacy of experiential therapy using empty-chair dialogue. J Consult Clin Psychol. 1995;63(3):419-25

Derniers articles

";
Send this to a friend