Retour au blog

Stress, peur à l’oral, lors d’une prise de parole en public : solutions

Qui n’a jamais eu peur, été stressé à l’idée de prendre la parole en public, de s’exprimer face à un auditoire ? Le stress, la peur à l’oral fait partie des évènements les plus redoutés et angoissants. Les contextes liés à ce stress sont multiples : étudiants passant un grand oral, présentation d’un travail de groupe, prise de parole au travail pour présenter un projet, conduire une réunion.  Autant de situations qui provoquent anxiété et trac. Comment ne pas bégayer, éviter les trous de mémoire, les agitations nerveuses au moment de s’exprimer à l’oral ? La glossophobie (l’angoisse de parler en public) n’est pas une fatalité. Nous vous dévoilons quelques techniques pour gérer votre stress avant une présentation, une réunion ou une conférence.

75% de la population souffrirait de cette peur. Les cadres et managers sont relativement exposés en entreprise et pas toujours rodés à la prise de parole. Ils sont souvent sollicités afin de convaincre leur auditoire tout en dissimulant leur stress qui pourrait les discréditer. Les étudiants sont également en première ligne. Ils sont régulièrement amenés à s’exprimer face à leurs camarades ou à leur promo sur l’estrade de l’amphithéâtre, l’exercice peut vite les pétrifier.

Face à ce stress paralysant devant ses collègues, camarades ou devant un jury, le rythme cardiaque s’accélère, l’estomac est noué, les capacités cognitives sont également touchées. Comment gérer son stress lors d’une prise de parole en public ? Comment devenir un bon orateur ? Se présenter lors d’un tour de table, animer une réunion, présenter une conférence, dispenser une formation, autant de contextes où il faut prendre sur soi et maitriser son stress. La communication orale est perfectible, nous vous donnons des conseils pour évacuer votre stress

 

Conseils et astuces pour mieux gérer son stress, sa peur à l’oral

Des compléments alimentaires peuvent vous aider à gérer ce stress envahissant, ce trac qui vous fait perdre vos moyens à l’oral. C’est le cas de No Stress Flash, adapté au stress aigu lié à un évènement particulier. Ce complément est à prendre avant le jour J. Il réduit le stress avant, pendant et après l’évènement. Son efficacité a été prouvée via des tests cliniques, il diminue considérablement l’hormone du stress.

anti stress compléments

Maitriser son message pour déstresser à l’oral

Le message : il faut fourbir vos armes, préparez vos arguments, votre dialectique et évitez l’improvisation. Pour ne pas avoir peur de se jeter à l’eau lors de la prise de parole en public, à l’oral, il faut être sur de ne pas laisser la place à l’ambiguïté. Le message à faire passer doit être sans équivoque. Vous avez peut être peur de ne pas être assez éloquent, mais évitez les figures de styles trop alambiquées si vous n’êtes pas sur de vous,

Etre bien préparé, répéter, se projeter pour être à l’aise lors de la prise de parole

Pas de mystère : si vous avez planché suffisamment longtemps sur votre présentation, vous n’avez rien à craindre. Faites vous confiance. Echauffez vous en répétant, en vous entrainant, en visualisant un public imaginaire. Préparez vous donc à toute éventualité, en général on se retrouve face à des personnes pas toujours suspendues à notre lèvres qui ont parfois les yeux rivés sur le cadran de leur montre : ne vous laissez pas désarçonné.

Intérioriser plutôt que de mémoriser son discours

Apprendre sur le bout des doigts un speech peut balayer vos peurs et angoisses mais cela n’est pas nécessaire. N’apprenez pas pas coeur, mot à mot. Prévoyez des réadaptations en fonction du déroulement, de la réaction des personnes face à vous, des questions qui vous seront posées. Avant de commencer votre discours, analysez l’environnement et adaptez votre présentation. En prenant la température, vous serez peut être tenté par un jeu de mots pour détendre l’atmosphère ou au contraire vous passerez sous silence certains passages.

Demander un avis externe sur sa présentation à venir

Vos proches, vos amis peuvent vous donner un coup demain et vous faire leur retour, parler de leurs ressentis sur votre prestation à l’oral. Leurs recommandations et conseils sont précieux pour donner du rythme à un discours. Même si vous avez l’impression que leur avis n’est pas purement objectif et impartial et qu’ils sont acquis à votre cause, un avis même un tantinet orienté vaut mieux que 0 feedback.

Enregistrer son discours à l’oral

Prendre du recul est important, tout comme entendre son discours et le voir d’un œil extérieur. Enregistrez vous à l’aide de votre téléphone afin de détecter des éventuels tics de langage et répétitions qui pourraient compromettre votre prise de parole et vous faire perdre vos moyens.

Une tenue adaptée pour la prise de parole en public

Vouloir être tiré à 4 épingles, être trop endimanché avec des tenues que vous n’avez pas l’habitude de porter est un risque à considérer. Vous pourriez vous sentir étriqué dans une chemise ou un jupe trop cintrée et bloquer vos mouvements, votre respiration, vous rigidifier et avoir l’air mal à l’aise tout en manquant de spontanéité. Rien de pire que des vêtements inconfortables qui nous perturbent.

Arriver en avance à sa présentation, son oral

Prévoyez d’arriver en avance pour repérer les lieux et vous positionner par rapport à l’auditoire. Ce repérage vous permettra de vous projeter, de vous conditionner mentalement, de commencer à prendre vos marques pour faire retomber le stress. Se familiariser avec les lieux et la scène est un bon préalable, toutefois cette technique peut être à double tranchant et vous faire stresser davantage. Si vous avez une faible estime de vous, vous risquez d’imaginer des scénarios catastrophes. Donc gardez bien en tête que vous devez positiver tout en étant réaliste.

Tester le matériel

Qui n’a jamais vécu le terrible coup de la panne lors d’une présentation à l’oral. Le matériel fonctionne toute l’année sauf le jour J … En testant le rétroprojecteur, l’ordinateur, les câbles de connexion vous vous débarrasserez de cette source de stress. Rien de pire que de passer de longues minutes dans un silence religieux à tenter vainement de brancher ses câbles en ayant l’impression d’être empoté.

Convier des visages familiers à sa présentation

Ce n’est pas toujours possible lors des oraux, des présentation mais inviter des personnes que l’on connait dans le public peut nous aider à mieux gérer notre stress. Ces personnes sont comme des appuis, des béquilles sur lesquelles se reposer. Parfois, leurs expressions : hochements de tète, sourires sont autant d’acquiescements de notre prestation à l’oral.

Prio sur l’intro de son discours 

Les premières minutes de votre discours sont décisives. Cette partie doit être peaufinée et bien ficelée pour mettre l’auditoire dans votre poche et captiver leur attention. Comme dans un marathon, il faut maitriser son effort et ne pas se précipiter.

Arriver en forme

Réviser, se préparer la veille pour le lendemain n’est pas proscrit à condition de ne pas se coucher trop tard. Les personnes s’apprêtant à prendre la parole en public peuvent avoir tendance à repousser l’heure du coucher pour fignoler des détails de dernière minute de leur présentation. Résultats, manque de sommeil, fatigue, stress, pertes de moyens par manque d’organisation. Faites donc un effort la veille du jour J.

Respirer

Les exercices respiratoires peuvent vous aider à décompresser et faire retomber la pression, à gérer des crises d’angoisses. Prenez de grandes inspirations et expirations à renouveler au moins 5 fois.

Changer sa posture

La conscience de notre posture influence nos états émotionnels. Se mouvoir, décroiser les bras, prendre conscience de nos ressentis physiques, prendre une feuille dans sa main, respirer… Tenez vous bien droit, pas avachi, épaules en arrière. Les bras ne doivent pas être croisés c’est un signe de fermeture.

La voix

Le bon timbre est capital pour galvaniser l’auditoire et démontrer son charisme. C’est un atout du leadership dans le registre non verbal, il dénote ainsi l’assurance de l’orateur.

Le regard

Lors d’un oral, une présentation, si plusieurs rangées font face à vous, arrimez votre regard au-dessus des têtes de la rangée du fond, pour que chaque personne soit visible dans votre champ de vision sans subir le stress du regard de ceux qui vous fixent.

 

Qu’est-ce qui provoque la peur de parler en public ?

Le stress de la prise de parole, d’un oral, se manifeste face au regard des autres, à leur jugement sans détour. Il traduit aussi une peur de se tromper, de décevoir, de faire face à l’inconnu, une crainte de ne pas être à l’aise sur son sujet, de cafouiller.

Le stress lié à la performance

Cette peur est compréhensible. Plus l’enjeu est vaste, plus le stress sera grand. Même les plus chevronnés ont cette envie de réussir leur performance et de placer la barre très haut.

Le syndrome de l’imposteur

Le syndrome de l’imposteur : vous êtes compétent, vous êtes rompu à l’exercice, mais votre manque de confiance en vous vous fait douter de votre capacité à parvenir à prendre la parole, à vous lancer dans un oral.

La crainte du regard des autres

S’exprimer à l’oral, en public est parfois troublant car vous pouvez interpréter le regard des autres comme une attaque. Vous appréhendez donc la critique, la moquerie, la médisance et infine le rejet.

L’angoisse de l’inconnu

Comment va réagir l’auditoire, va t-il me comprendre ? L’inconnu paralyse et parasite votre esprit en vous poussant à vous poser des questions innombrables.

Les situations aggravantes du stress à l’oral

  • Foule
  • Public hostile
  • Enjeu capital (angoisse de performance)
  • Affect
  • Orateur seul

Les explications de cette anxiété face à la prise de parole

Un point commun à de nombreux individus angoissés par les oraux, c’est le regard des autres, la peur de se ridiculiser. L’anxiété sociale est donc souvent corrélée à une faible estime ou confiance en soi. Les personnes les plus stressées et apeurées par ces situations sociales peuvent donc présenter ces symptômes.

  • Une tendance à fuir les lieux bondés de monde, même sans risque de parler : soirées, concerts…
  • Eviter les situations où il est possible de devoir échanger avec des inconnus
  • La peur et le contournement du conflit
  • Une difficulté à s’affirmer
  • De l’hypervigilance
  • Une timidité maladive
  • Une obsession sur ce que pense l’autre
  • La dévalorisation de soi

Derniers articles

";
Send this to a friend