Retour au blog

Solutions, astuces contre le stress du permis de conduire

Le précieux sésame du permis de conduire marque un évènement majeur, un tournant synonyme de stress, d’angoisse. La moindre étourderie peut vous être fatale et anéantir tous vos espoirs de décrocher le permis. Au moment du passage de l’examen du permis, le stress est alors  à son comble et ce stress peut vous faire commettre des impairs éliminatoires. Comment surmonter, gérer ce stress du permis de conduire et ne pas vous laisser déstabiliser ? Comment relativiser, vous détendre à quelques jours de la date fatidique. Pour quelles solutions, quels traitements opter pour être serein le jour de l’examen et ne pas adopter une conduite nerveuse ?

Toutes les sources du stress ne riment pas obligatoirement avec désemparèrent et pertes de moyens. En effet, un stress mineur peut se solder par des succès (réussite à une compétition, obtention d’un examen, discours rondement mené…).. Un stress mineur peut permettre au candidat de se dépasser, il peut vouloir signifier que le candidat au permis de conduire s’inflige un haut degré d’exigence et peut dénoter un certain perfectionnisme, un mental d’acier.

Toutefois, dans le cas d’un stress majeur, le candidat à l’examen du permis risque de se laisser happer dans un tourbillon d’émotions. A la moindre erreur minime, il risque de paniquer et de se laisser désarçonner. Face à ce stress envahissant, il n’anticipe plus de la même manière, ses réflexes sont altérés, il peut compromettre ses chances de réussite. Il ne doit donc pas culpabiliser par rapport au stress qu’il ressent et interpréter ce signal comme un signe de faiblesse. Le stress est omniprésent, les chiffres concernant l’anxiété et la conduite sont éloquents. Il ne touche pas que les apprentis conducteurs, les aspirants au précieux sésame, une fois le permis en poche, ce stress ne s’envole pas et reste prégnant.

  • 1 français sur 4 (27 %) ressent une sensation d’anxiété au volant.
  • 44 % de ces conducteurs angoissés ont moins de 35 ans.
  • pour 62 % de ces usagers, les angoisses sont provoquées par le comportement des autres conducteurs sur la route.

Les effets du stress les jours précédant la présentation à l’examen du permis et le jour J

Symptômes physiques :

  • Mal de tête.
  • Essoufflements, difficultés à respirer.
  • Douleurs musculaires, crispations.
  • Mal de ventre, boule au ventre, gargouillis.
  • Gorge nouée.

Symptômes psychologiques :

  • Anxiété
  • Mauvaise humeur
  • Nervosité
  • Troubles de la mémoire
  • Problèmes de concentration

Quelles sont les conséquences du stress lors du passage du permis de conduire ?

Le regard fixe

Quand on est stressés lors de le conduite, on a tendance à poser son regard sur un point fixe. Le regard se fige, le champ de vision est alors rétréci, la vision latérale est réduite. Le conducteur regarde droit devant et va avoir tendance à négliger son environnement. Il ne s’apercevra pas qu’un piéton se dirige vers le passage clouté, qu’un automobiliste s’apprête à quitter son stationnement. Il est tellement angoissé qu’il ne visualise plus que sa trajectoire et fait abstraction du reste.

Impact sur le temps de réaction, les réflexes

Quand on est stressés au volant, nous ne semblons plus pouvoir contrôler nos faits et gestes, notre motricité est affectée… On a ainsi l’impression d’être spectateur de notre conduite… Selon des chercheurs de l’Inserm, le stress augmente le risque d’accident. Ses effets sont similaires à ceux générés par l’utilisation du téléphone. En effet, notre attention est accaparée, nous sommes donc distraits, moins vigilants. Le stress, comme la fatigue augmente le temps de réaction, et donc la distance parcourue.

Mauvaise mémorisation des instructions lors de l’examen du permis de conduire

Le stress ressenti lors de l’examen du permis de conduire peut affecter votre aptitude à traiter l’information et à l’assimiler rapidement. En effet, cet état de panique active une enzyme dans le cerveau qui affecte la mémoire à court terme et d’autres fonctions du cortex préfrontal. L’hormone libérée dans cette situation stressante peut semer le trouble et créer une confusion.

Déconcentration

Si vous êtes touchés par le stress lors de votre examen du permis de conduire, vous allez vous déconcentrer, en effet votre attention sera plus polarisée sur l’examen que sur votre conduite. Des pensées vont venir vous troubler et vous parasiter : ce que l’inspecteur est en train de noter par ex. Vous allez alors vous focaliser sur ses intonations, sur ses mimiques et allez interpréter souvent défavorablement ses expressions. Vous allez entendre ses instructions mais vous ne pourrez les comprendre.

Les causes du stress lors de l’examen de conduite

Le regard des autres synonyme d’angoisse

Quand on passe le permis, on se fie énormément au regard des autres, on se soucie du quand dira t-on, on a peur d’être raillé en cas d’échec, pointé du doigt. Le stress est également exacerbé en raison de la comparaison. On connait tous quelqu’un qui a décroché son permis du 1er coup et pour qui l’examen a été une promenade de santé.  Cette peur d’échouer est d’autant plus grande quand on a suivi la conduite accompagnée ou après avoir pris des heures de conduite supplémentaires. En effet, le jugement est parfois sévère, pour beaucoup le volume d’heures de conduite est proportionnel aux chances de réussite. Rater son permis après avoir conduit pendant 2 ans est socialement mal perçu et les réflexions cinglantes, les piques peuvent être légion dans ce cas de figure.

L’anxiété liée à la confrontation 

La rencontre avec l’inspecteur est un moment redouté, on craint d’être sous le feu des critiques, sous le regard inquisiteur de cette personne qui dissèque tous les faits et gestes et ne laisse aucun détail lui échapper. Cette observation peut être anxiogène, on peut se vexer, se sentir blessé ou déstabilisé selon les réactions verbales et non verbales. Ce regard insistant peut alors créer une forme d’emprise : la pression est palpable. Relativisez : ce n’est pas vous qui êtes jugés sur votre personne. Ne voyez pas l’inspecteur de l’examen du permis comme un ennemi qui veut vous prendre en grippe !

Un enjeu crucial qui alimente le stress

L’importance que revêt le permis de conduire dans la société est en partie responsable de la pression exercée sur ceux qui passent l’examen. C’est d’autant plus vrai pour ceux qui résident en zone rurale, dans des bourgades excentrées peu ou pas desservies par les transports en commun. Le permis de conduire devient alors la clé de la liberté, le seul moyen d’évasion contre cet enclavement. C’est la voie vers l’indépendance qui ouvre le champ des possibles…Le permis devient alors un sésame qui permet l’accès à l’emploi, aux loisirs sans contraintes.

Manque de confiance en soi accroit l’état anxieux

La peur liée au permis de conduire peut être imputée au manque de confiance en soi. Vous ne croyez pas suffisamment en vous, vous partez du principe que c’est perdu d’avance. Un commentaire désobligeant sur votre façon de conduire, sur votre habilité peur vous entrainer dans ce défaitisme et entamer votre confiance. Vous repensez aux échecs que vous avez essuyés par le passé. Ces défaites vous laissent un gout amer. Elles vous laissent donc dans l’incapacité d’entrevoir des réussites, vous croyez alors dur comme fer à la loi des séries malheureuses.

Derniers articles

";
Send this to a friend